La
Bottine Souriante

 La Bottine Souriante

Abonnez-vous au fil RSS!
Abonnez-vous
au fil RSS!

Parcours

Notes biographiques
Aussi connus sous --  
Membres de la formation Éric Beaudry, Pierre Bélisle, David Boulanger, Benoit Bourque, Robert Ellis, Jean Fréchette, Jocelyn Lapointe, François Marion, Sandy Silva, André Verreault.
Carrière professionnelle Depuis 1976   

Issus du regain d'intérêt que manifeste le public québécois pour le répertoire traditionnel, à la fin des années 1970, les musiciens de la Bottine Souriante ne tardent pas à lui ouvrir de nouvelles voies. Originaires de Lanaudière et ayant acquis une autonomie de production plus complète avec la création de la compagnie de disques Mille-Pattes, en 1982, ils se méritent très tôt un statut d'ambassadeurs culturels de premier ordre. Les tournées ne tardent pas à se multiplier, tant en Europe que dans les réseaux nord-américains voués à la diffusion des musiques folk.

À partir du milieu des années 1980, s'ébauche une démarche d'exploration formelle au sein d'un groupe laboratoire désigné sous le nom de Nouvelles Sonorités Joliétaines et dont les résultats sont audibles sur l'album "Je voudrais changer d'chapeau" d'où est tirée la pièce "C'est dans Paris". On remarque, sur ce même album, une première expérience de fusion musicale à portée internationale avec le pot-pourri "Hommage à Edmond Parizeau/Dedicado à Jos" où les arrangements traditionnels se fondent à une enlevante mélodie tirée du répertoire tex-mex de la région de San Antonio, au Texas.

L'ajout d'une section de cuivres permanente, en 1991, porte l'équipe à neuf musiciens. L'album "Jusqu'aux p'tites heures", qui paraît cette année-là, poursuit en ce sens tout en conservant la dimension rustique qui identifie le style particulier du groupe.

En 1993, la maison de disques Mille-Pattes devient également productrice de spectacles et accueille d'autres artistes oeuvrant dans le domaine de la musique traditionnelle: Michel Faubert, Danielle Martineau et son Rockabayou, Les Charbonniers de l'Enfer, Entourloupe et les Batinses, sont les premiers à bénéficier de ce nouvel outil basé sur l'expérience de l'équipe de la Bottine.

Après un premier album solo du seul membre fondateur encore au sein du groupe, Yves Lambert, La Bottine Souriante marque l'année 1998 d'un disque où les collaborations extérieures se font plus visibles que jamais: "Arin Québec" est un air traditionnel basque adapté par l'accordéoniste Kepa Junkera, la "Suite métisse" a été apprise de musiciens métis du Manitoba et "Alice au pays d'Arto" provient d'Arto Jävelä, un ami musicien finlandais.

Tout en continuant de se produire régulièrement au Québec, La Bottine Souriante ne cesse d'explorer le monde et soulève l'enthousiasme dans le milieu de la sono mondiale ou du world beat. L'album "Rock & Reel" est désigné album de l'année par la BBC et le groupe élu Best Band in the World par la revue Folk Roots.

La décennie quatre-vingt-dix est aussi marquée de participations à divers projets sur la scène internationale depuis l'album "A Week In the Real World" en 1992, à l'invitation de Peter Gabriel. Enfin ils sont choisis pour clore les festivités du passage à l'an 2000 dans la capitale écossaise, à l'occasion du Edinburgh's Hogmanay Millennium, le 31 décembre 1999. En janvier 2000, ils se font remarquer dans le cadre d'une soirée donnée à l'occasion du MIDEM. Quelques semaines plus tard, la critique de la BBC leur remet le Folk Award de la meilleure prestation (Best Live Act) au Royaume-Uni en 1999.

À l'occasion de leur vingt-cinquième anniversaire, ils préparent une compilation rétrospective intitulée "Anthologie LBS" qui est précédée à l'automne 2001 du nouvel album "Cordial" où ils s'affirment à nouveau comme les champions de la bonne humeur et de l'entrain à la façon d'hier et de demain. On remarque aussi la présence de plus en plus constante de l'infatigable Sandy Silva qui ajoute une dimension visuelle à la prestation du groupe par sa pratique soutenue de la danse percussive.

Toujours en demande, tant sur la scène internationale que lors des divers festivals et événement locaux, le groupe ne cesse de parcourir la planète lorsque, après mûres réflexions, deux membres du groupe annoncent leur départ. Le pionnier Yves Lambert, seul membre original de l'équipe, et le chanteur-musicien, flamboyant podorythmiste, Michel Bordeleau, quittent le navire à l'automne 2002.

Après une brève pause, leurs compères font connaître les deux recrues qui viennent renouveler la formation, fin février 2003. Pierre-Luc Dupuis et Éric Beaudry, respectivement accordéoniste des Langues Fourchues et multiinstrumentiste s'étant d'abord illustré au sein de La Galvaude, sont les nouvelles voix qui rejoignent les rangs de la Bottine Souriante.

On procède alors au premier enregistrement de la Bottine 2003. "J'ai jamais tant ri" parait à l'automne et s'avère une digne suite à l'imposant répertoire gravé au fil des ans. Outre une sélection de chansons et reels traditionnels, on remarque quelques compositions d'André Brunet dont "Reel ados", un "Hommage à Gilles Brunet" et "Reel à Ti-mile", ces deux derniers étant dédiés respectivement à son père et à son jeune fils. Quelques interprétations récentes sont empruntées cette fois à Ovila Légaré: "La p'tite boulangère" et à JF Lamothe: "Tiguidou pack-sack".

Fin 2011, on lance le disque AOC "Appellation d'origine contrôlée", chez Borealis, soulignant ainsi le 35e anniversaire de la bande.

Par son approche originale, son ouverture à l'expérimentation et sa présence énergique sur scène, la Bottine Souriante a bouleversé les perceptions passéistes longtemps associées à la musique folklorique. La musique traditionnelle québécoise a maintenant voix au chapitre en toute saison, grâce au travail de musiciens comme ceux de la Bottine en plus de celle des Batinses, Mes Aïeux, Charbonniers de l'Enfer, Chauffeurs à pieds et de nombreux autres qui assurent au Québec sa place parmi les divers rythmes du monde.

Font partie de la formation (2012):

  • Éric Beaudry: voix, guitare, bouzouki, mandoline, podorythmie, voix
  • Pierre Bélisle: claviers, accordéon-piano, piano, Hammond B-3, trompette
  • David Boulanger: violon, percussion, podorythmie, voix
  • Benoit Bourque: voix, accordéons, osselets, gigue
  • Robert Ellis: trombone basse, tuba, percussions, voix
  • Jean Fréchette: saxophone, flûte traversière, flageolet, clarinette, percussions, voix
  • Jean-François Gagnon-Branchaud (voix, violon, guitare, podorythmie)
  • Jocelyn Lapointe: trompette, bugle, voix
  • François Marion: basse, contrebasse, voix
  • Sandy Silva: danse percussive
  • André Verreault: trombone, voix

Le groupe a aussi compté dans ses rangs:

  • Yves Lambert: accordéon, voix, guimbarde, harmonica, mélodéon (1976-2002)
  • André Marchand: guitare, voix, piano (1976-1990)
  • Mario Forest: harmonica, voix (1976 -1985, en intermittence)
  • Pierre Laporte: violon, voix, mandoline (1977-1981)
  • Gilles Cantin: guitare, voix (1977-1981)
  • Guy Bouchard: guitare, violon, voix (1980-1982)
  • Martin Racine: violon, voix, mandoline, mandola, guitare, accordéon piano (1980-1997)
  • Daniel Roy: flageolet, guimbarde, os, bodhram, voix (1982-1985)
  • Jacques Landry: (1977)
  • Lisa Ornstein: violon, piano (1978-1979)
  • Bernard Simard: guitare, voix (1984-1987)
  • Michel Bordeleau: mandoline, mandola, violon, voix, guitare, caisse claire, podorythmie (1987-2002)
  • Régent Archambault: contrebasse, voix, guitare basse (1987-2007)
  • Denis Fréchette: piano, accordéon piano, voix, guitare (1988-2000)
  • Laflèche Doré: trompette (1991-1993)
  • Ron Di Lauro: trompette, bugle (1994)
  • André Brunet: violon, guitare, voix, podorythmie, percussions (2003-2007)
  • Pierre-Luc Dupuis: voix, accordéons, harmonicas (2003-2008)

On peut visiter le site officiel de La Bottine Souriante.